lundi 29 juin 2020



ATELIER DE SCULPTURE ET DE PRATIQUE EXPÉRIMENTALE.

Bonjour tout le monde,

Des vies toutes simples...
Il est des artistes qui œuvrent en dehors des grands espaces média, dans une intimité et une intériorité teintées de contemplation...qui nous redonnent le goût des choses oubliées, si simples et pourtant si profondes. Le sel du quotidien qui vient recentrer nos regards vers la matière que caresse la main, les miroitements de la lumière sur une feuille, l'odeur de l'herbe qui monte du sol, les sons vibrants des insectes, le vent qui redessine les arbres...

Catherine de Launoit est de celles-là...tout est poème à qui sait faire chanter ses yeux....
Voici une petite merveille de sagesse et de générosité débusquée par une de vos comparses:
Catherine de Launoit: une artiste près de chez nous.

Portrait:


  

Destination, la Suisse avec un autre type de regard et de nature de travail: Viviane Fontaine, une vie de papier.
"Les merveilles d'une créatrice de papier"
Un art de vivre apaisant, loin du tumulte mais pas sans passion...où la philosophie de la vie se décline dans l'accord du faire et du temps.




Aller, c'est le dernier envoi avant les vacances...à visionner mardi. 
Mais faites comme vous voulez, si vous êtes du genre gourmand...libre à vous de visionner tous les envois du jour d'un coup.

BONNES VACANCES TOUT LE MONDE.

Savourez bien tous les petits plaisirs de la vie.
On se retrouve en 3D en septembre à l'atelier.
Vivez bien, vivez vrai.

Marianne Ponlot, professeur de Sculpture et de Pratique expérimentale.


ATELIER DE SCULPTURE ET DE PRATIQUE EXPÉRIMENTALE.


Bonjour tout le monde,

Un peu de rêve et de poésie...en compagnie de El Anatsui, sculpteur ghanéen qui vit et travaille au Nigéria. Cueilleur infatigable de petits rebuts métalliques qu'il sublime en ondes de lumière, il fait scintiller l'espace, transformant en écrin du vide ses opercules de canettes et remodelant l'architecture de ses suaires miroitants. 

« Je cherchais quelque chose d’éthéré. Je voulais vraiment émouvoir les gens. »  

Pour faire connaissance et approfondir, en français, cette fois:

Ici, Il faut cliquer!



El Anatsui
Akron Art museum, "Gravity and Grace"



Langage et symboles:


  

"Gli" , Rice Gallery (Wall-mur)




Broken bridge,  New York...pour mettre du ciel là où il manque...



A bientôt.
Celui-ci est pour lundi...à vous de programmer vos lectures.
Je profite du dimanche pour faire des envois groupés.
Marianne Ponlot, professeur de Sculpture et de Pratique Expérimentale.

dimanche 28 juin 2020



ATELIER DE SCULPTURE ET DE PRATIQUE EXPÉRIMENTALE.


Bonjour tout le monde,

Je vous avais promis encore quelques envois avant les vacances...
Que diriez-vous d'une petite évasion...

On commence avec Yinka Shonibare, artiste contemporain britannico-nigérian qui nous propose une revisite du colonialisme par une projection de la discrimination identitaire sous une forme artistique très particulière et multi-supports. Je vous laisse y réfléchir par vous-même...comprendre ce que la mutation des costumes occidentaux en wax représente (avec comme source code les tableaux de Fragonard et ce qu'ils cristallisent de leur époque), ce qu'est historiquement le wax (vu d'Occident ou vu d'Afrique), ce que mettre en bouteille de verre et parer, sur la "Fourth plinth" à Trafalgar Square, le H.M.S.Victory, le navire de l'Amiral Nelson (Nelson ship in a bottle) de voiles réalisées en wax peut signifier, ce que donner un rôle de pouvoir à un homme de couleur au milieu d'une "reconstitution historique" peut représenter....aller, j'en ai assez dit.
J'espère avoir suffisamment titillé votre curiosité.

Reportage sur une partie de son travail



Je tiens quand même à préciser que le wax représente en Occident l'idée que l'on se fait de l'Afrique mais que c'est un tissu imprimé sous cire inspiré du batik javanais, qui fut majoritairement fabriqué à l'époque aux Pays-Bas, qui  a été introduit en Afrique au 19ème siècle par ces marchands et qui en détenaient (moins avec les chinois aujourd'hui) un quasi monopole au détriment des productions racines comme le Faso Dan fani, le Bogolan, l'Ewe, Le Kita, le Ndop Bamileke, etc....Eh oui, rien n'est simple...

Si vous souhaitez approfondir, voici un article du"Monde" sur le sujet.

Ici, il faut cliquer


Mais aussi ceci, dont je vous conseille vivement le visionnement car il nous offre le  point de vue d' Anne-Marie Bouttiaux, auteure du livre "Wax", anthropologue et historienne de l'Art.

 

Et un article de fond sur le travail de Shonibare.

Ici aussi, il faut cliquer!
 
 
A vous de vous faire votre idée sur la question en ces temps troublés... 

Pour la petite histoire de ce qu'on nomme désormais le "Fourth plinth", projet conçu par la Royal Society of Arts.
Il y a à Trafalgar Square quatre piliers dont un restait vide d'occupation depuis 150 ans.
Au centre de la place qui marque la victoire au large du cap de Trafalgar en 1803 de l'Amiral Nelson contre les flottes franco-espagnoles (et qui mit fin aux tentatives de Napoléon d'envahir l'Angleterre)........figure la colonne Nelson, de 50 mètres de haut, avec sa statue de bronze et entourée de quatre lions de bronze réalisés, paraît-il, avec les canons français fondus.

Depuis 1998, le quatrième pilier (les trois premiers érigent des œuvres à la gloire militaire) qui devait à l'origine, ériger une statue équestre (qui ne vit jamais le jour faute de moyens),accueille des oeuvres contemporaines....qui firent souvent controverse. Les œuvres y sont remplacées tous les 18 mois.

On pense au Hahn/coq de l'allemande Katarina Fritsch, coq bleu de 4,2 m (symbole Gaulois et couleur bleue symbolique de la France, acte manqué car l'artiste dit ne pas y avoir pensé mais avoir proposé un symbole mâle pour trôner ironiquement au milieu de tous ces symboles très masculins). Comme quoi, on ne pense pas toujours à tout...un peu dommage dans un contexte spatial historique aussi particulier...ou pas?

Ou bien à "powerless structures": un enfant sur un cheval à bascule en bronze (là où devait s'élever la statue équestre du roi William IV ), des artistes Michael Elmgreen et Ingar Dragset respectivement danois et norvégien, travaillant à Berlin.

Et bien évidemment à Yinka Shonibare avec sa représentation du navire HMS Victory de Horatio Nelson, fendant sa bouteille en verre toutes voiles en wax déployées.

Je vais accoster ici. Je vous laisse voguer à votre guise là où votre curiosité vous portera.
En avant toute.
Bonne route et à bientôt.
Marianne Ponlot, professeur de Sculpture et de Pratique Expérimentale.

vendredi 26 juin 2020



ATELIER DE SCULPTURE ET DE PRATIQUE EXPÉRIMENTALE.


Bonjour tout le monde,

On se confronte à la vision de Adel Abdessemed, artiste algérien installé en France. Un travail hautement provocateur, souvent sujet à controverse et parfois même à une forme de censure. Mais cette violente écriture de la colère hautement révélatrice  ne serait-elle pas que le reflet dans le miroir des affres de nos sociétés...humaines et de la manière dont nous traitons le monde et nos semblables?
Traces, témoignages forts, remises en question...un regard comme un soufflet,  posé sur une certaine réalité du monde.

Interview sur Arte.



https://www.youtube.com/watch?v=S171KTVGXOI

 
Interview dans son atelier parisien, "Entrée libre"




 

"Shams": le making-off: fascinant!  (musée d'Art Contemporain de Lyon)




Eh oui, l'Art ne renferme pas que l'expression de la Beauté! Parfois, il dénonce avec violence et provoque...
Je vous réserve avant les vacances encore quelques petits envois d'une toute autre nature.

A bientôt.

MariannePonlot, professeur de Sculpture et de Pratique Expérimentale.

Bertrand Dehuy


mercredi 24 juin 2020

Fabian Jermé




ATELIER DE SCULPTURE ET DE PRATIQUE EXPÉRIMENTALE.


Bonjour tout le monde,

Une immersion dans le travail de Kader Attia, artiste français d'origine algérienne, lauréat du prix Marcel Duchamp et travaillant à Berlin..
Celles et ceux qui sont venu(e)s à Paris avec moi au Centre Pompidou se souviennent certainement de son installation en papier d'aluminium: "Ghost"

Pluralité des appartenances culturelles, interrogations sur les dérives identitaires, partages,  réflexions par rapport aux sociétés de consommation dominantes, son travail s'inscrit dans un questionnement personnel,politique et poétique tant historique et social que géographique, confronté à la réalité du terreau contemporain...et à une forme d'urgence...de prise de conscience.
Miroir, miroir......?

« Je cherche à déclencher un sentiment politique chez le spectateur. Mon travail est comme nous tous confronté à la réalité. Ce qui m’intéresse, c’est lorsqu'une œuvre pose une question politique pas seulement d’un point de vue linguistique, formel, mais plus d’un point de vue éthique. »  

interview: l'art de la mémoire et de la réparation




gueules cassées



reflecting memory

 

entrée libre



"ghost" : un travail sur le vide au Centre Pompidou.

Ici, il faut cliquer sur le lien.


"Ghost" vue par d'autres yeux.

Ici aussi, nécessaire de cliquer.


idem à Lille au tri postal en plus grand (560 silhouettes)

Il faut encore cliquer sur le lien!


Et pour qui veut approfondir: une mine d'informations, interviews, documents visuels...

Un dernier petit clic...

A bientôt.
Prenez toujours bien soin de vous.
Marianne Ponlot, professeur de Sculpture et de Pratique Expérimentale.

ATELIER DE SCULPTURE ET DE PRATIQUE EXPÉRIMENTALE. Bonjour tout le monde, Des vies toutes simples... Il est des artistes qui œuvre...